Calendrier Découvertes Nature 2017

A nous de jouer pour notre héros, la suite !

Copie de logo_lappel_du_sol_transparent.png

Le sol est bienveillant avec nous depuis la nuit des temps, à notre tour de l’être avec lui.

Sur les 7 choses que l’état Français et l’Union Européenne peuvent faire, nous en avons vu une. Cette chose portait sur les pratiques agricoles de nos jours, recentrer l’agriculture au niveau européen pour favoriser le développement d’une agriculture plus locale et plus respectueuse de son environnement. Pour nos agriculteurs, ne vous inquiétez pas, ils seraient récompensés à hauteur de leurs efforts fournis pour respecter cette réforme.

Voilà un résumé très bref…

Après cette première réforme sur les pratiques agricoles, suivent les réformes sur les pratiques urbaines et écologiques !

 

germany-1751443 (Copier).jpg

 

Accrochez-vous, c’est parti !

 

Il faut revoir voire complètement changer notre aménagement urbain !

En plus de la loi ALUR qui vise à mieux planifier l’urbanisation au niveau intercommunal, France Nature Environnement (bouton) ajoute 2 éléments important à prendre en compte lors de l’élaboration des documents d’urbanisme.

Relocaliser les besoins primaires, très bien, mais comment ?

pexels-photo-109260 (1) (Copier).jpegAvec un Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI). Ce plan prendra en compte les besoins primaires de la ville en question. C’est-à-dire qu’elle adaptera l’urbanisation prévue en fonction de ce que le PLUI lui dira.

Les besoin primaires concernés sont :

  • L’eau potable,
  • L’air,
  • L’alimentation,
  • La récréation,
  • Les achats,
  • L’adaptation aux changements climatiques.

 

Comment prendre en compte ces besoin me diriez-vous ? 

park-life-2251981_1920 (Copier).jpg

Pour les 3 premiers besoins, on agira tout simplement en préservant les sols autour des captages d’eau potable, en préservant les forêts 

 

qui épurent notre air et en préservant les zones agricoles périurbaines. Pour les 3 suivants, il suffira de prévoir des espaces naturels réservés aux loisirs, de prévoir des zones de commerce en centre-ville qui soient adaptés à la demande du lieu et il faudra prévoir une végétation offrant une climatisation naturelle afin d’éviter les zones de chaleur étouffantes en ville.

Grâce à quoi saurons-nous si ces sols sont bons pour tel ou tel besoin ? 

architecture-1836409_1920 (1) (Copier).jpgTrès bonne question ! FNE a tout pensé pour vous. Sera intégré à ce PLUI, la qualité des sols concernés. Pour faire simple, des études sur les sols concernés auront été menées au préalable afin d’en intégrer leurs résultats au PLUI.

Par exemple : un sol aux grandes qualités agronomiques est adapté à l’agriculture, un autre pourra être propice au développement d’une certaine faune et flore, ou encore une zone humide permet de mieux protéger le territoire contre les inondations, de stocker l’eau et de fournir un habitat pour des espèces endémiques ou en migration…

Le but ici, pour cette deuxième réforme est de ne plus considérer le sol comme une surface plane à utiliser mais un milieu qui, en fonction de ses qualités intrinsèques est plus adapté à tel ou tel usage.

 

S’il vous plaît, arrêtez de construire ou de vouloir construire des routes… 

road-782072_1920 (Copier).jpg

Le réseau routier de nos jours est suffisamment développé pour que nous stoppions les nouveaux projets routiers et autoroutiers.

Petit conseil pour nos amis qui sont les créateurs de ces projets, pensez à rénover les axes existants plutôt que d’en créer de nouveaux, ce sera déjà un bon point de régler.

Nous avons tout de même une demande !

Construisez (si vraiment vous y êtes obligés) des autoroutes à 4 voies et des axes de contournements routiers. Nous allons tous vous avouer que les autoroutes à 1 ou 2 voire 3 voies, ne sont pas franchement utiles. Nous sommes désolés de vous décevoir mais dans le but de désengorger les réseaux existants et les centres villes, c’est raté !

Avec ce genre de nouveaux réseaux routiers, le contraire se crée, la circulation est favorisée et densifiée ainsi l’effet attendu est éphémère.

 

Les sites pollués doivent être réhabilités ! Oui M’sieurs, Dames ! 

power-station-643539_1920 (Copier).jpgDepuis la loi ALUR (encore celle-là, et oui !), la réutilisation des sites pollués (potentiellement malades) est facilité : Ouf, c’est ce qu’on attendait ! Car avoir 100 000 terrains vides, non-utilisés car pollués, trop chers et néfastes mais pour autant ne rien faire pour changer les choses, ça va bien 5 minutes, bah oui ! Du coup, pour faciliter cette réutilisation, des promoteurs prendront en charge la dépollution pour préserver les espaces naturels et agricoles mais nous souhaitons aller plus loin.

Nous voulons que ces sites soient réhabilités mais pas n’importe comment, attention.

Voici ce que nous proposons pour faire le lien avec la politique énergétique : 

Mettre en place des mesures de réhabilitation avec la phytorémédiation des sols pollués en milieu rural financés par la production d’électricité renouvelable (photovoltaïque et éolienne) !

Et en français ça donne quoi ?

wind-power-1628675_1920 (Copier).jpgC’est tout simplement la dépollution des sols, l'épuration des eaux usées ou l'assainissement de l'air intérieur, utilisant des plantes vasculaires, des algues (phycorémédiation) ou des champignons (mycorémédiation), et par extension des écosystèmes qui supportent ces végétaux.

Quand les opérations de réhabilitation auront commencées, nous souhaitons que les impacts de la pollution et des opérations de dépollution sur la biodiversité locale soient anticipées et prises en compte. En gros, on veut savoir avant, pendant et après quelles espèces de faunes et de flores étaient, sont et seront présentes.

Pour bien faire, nous voulons connaître tous les sites pollués et nous voulons que tout le monde soit au courant : grand public, élus locaux, etc… Malheureusement on ne nous dit pas tout. La mémoire a facilement été oubliée, il faut donc la retrouver !

 

 

Si nous résumons, FNE, People4Soil et SNE, nous voulons changer les pratiques agricoles (1), changer nos aménagement urbains (2), arrêter de construire de nouveaux réseaux routiers (3) et réhabiliter les sites pollués (4).

coast-2294801_1920 (Copier).jpg

Alors, nous sommes donc passés, sur les 7 choses à changer, de 1 à 4. Il nous en reste encore 3, courage chers lecteurs, nous y sommes presque !

D’ailleurs, à ce sujet, qu’en pensez-vous de tous ces probables futurs changements ?

Nous vous les ferons découvrir dans le prochain article, soyez patients, comme toujours.

Copie de logo_lappel_du_sol_transparent.png

 

Comment soutenir notre sol ?

 

En remplissant ce formulaire à renvoyer à FNE.

 

 D'autres articles sur le sujet sont à venir... Soyez patients !

 

 

 

 

nous rejoinde                       

A noter dans votre agenda

Calendrier Découvertes Nature 2017   visuel estivales2017 web

tresor-dans-mon-jardin

 

 

Rechercher