Calendrier Découvertes Nature 2017

La salle de bains

Les éco-gestes dans notre habitat : la salle de bain

La salle de bain est un lieu dans lequel on s’occupe de soi. La recherche du bien-être n’exclut pas de se préoccuper aussi de notre environnement, sans pour autant se priver du confort que nous méritons. Il suffit pour cela d’intégrer quelques réflexes quotidiens et de ne pas céder aux facilités que notre société de consommation tend à nous imposer. Rappelons qu’il ne s’agit évidemment pas de se culpabiliser excessivement ou de remettre en cause tout notre mode de vie. Cependant, nous sommes tous en mesure de rectifier certains de nos comportements aberrants, qui ont un impact important lorsqu’ils sont cumulés. C’est le bon sens qui doit nous guider dans la recherche de la préservation des ressources naturelles. La liste des « conseils » qui suit peut être utile. Chacun peut et doit faire preuve d’attention et de créativité dans sa vie de tous les jours pour la compléter par son expérience et l’adapter à ses propres contraintes.

Chassez le gaspi dans vos toilettes

Les WC sont une pièce maîtresse dans l’usage domestique du cycle de l’eau. On y rejette des effluents (matières fécales, papier, produits nettoyants...), mais avez-vous pensé qu’en tirant la chasse d’eau, vous utilisez environ 30 % des 160 litres d’eau potable (eh oui !) que nous consommons chaque jour en moyenne ? En y réfléchissant bien, il n’est pas systématiquement nécessaire de vider le réservoir pour évacuer ce que l’on a à évacuer. Aussi interrompre l’écoulement en relevant le levier est un bon réflexe pour économiser l’eau. Mieux encore, la chasse d’eau avec double bouton-poussoir permet une évacuation d’eau proportionnée. Pour certains modèles, il existe des dispositifs « deux volumes » qui fonctionnent correctement. Il est aussi possible de baisser la hauteur du flotteur et de diminuer ainsi la contenance du réservoir. Occuper une partie du volume du réservoir par une brique par exemple réduit d’autant la consommation d’eau. Autre élément important : veillez à ce que votre chasse d’eau ne fuie pas. Vous n’imaginez même pas, ce que cela représente en eau potable gaspillée chaque jour.
Serviettes, tampons hygiéniques, préservatifs, cotons-tiges et autres objets de ce genre ne doivent pas finir dans la cuvette des WC. Dans ce cas, outre les problèmes potentiels d‘obstruction des canalisations, ils arrivent irrémédiablement dans les grilles placées à l’entrée des stations d’épuration, d’où on doit les retirer pour les acheminer vers une usine de traitement des déchets (incinération…). De même, il ne faut absolument pas se débarrasser dans les toilettes ou les éviers des produits toxiques (mercure des thermomètres médicaux ou solvants, par exemple…) et des huiles. Ceux-ci doivent être déposés dans des déchetteries. Pensez par exemple qu’installer un bloc WC revient à envoyer des produits chimiques vers la station d’épuration à chaque chasse d’eau !
Si le papier toilette est censé nous apporter confort et hygiène, alors que dans d’autres pays on préfère le bain de siège – question de culture – sachez que sa fabrication et son utilisation ne sont pas sans conséquences sur l’environnement et sur l’eau. Mieux vaut utiliser du papier toilette écolabellisé ou au moins recyclé. Dans les limites du raisonnable, il convient de ne pas gaspiller ce papier (économies d’argent, moindre consommation de matière première, réduction du risque de boucher les évacuations, rejet d’eaux usées moins chargées). Certains de ces papiers sont parfumés et imprimés. On peut se demander si c’est nécessaire connaissant leur usage et leur destination !

Et dans la salle de bain

Préférez la douche qui consomme 60 litres, au bain qui en consomme 150 litres. Est-il bien raisonnable de remplir une baignoire à ras bord si on n’y reste que le temps de se savonner ? Prenez l’habitude de couper l’eau lorsque cela est possible : le temps de se brosser les dents par exemple. L’utilisation d’un mitigeur permet de garder une température constante après un réglage initial, ce qui contribue aux économies d’eau, d’énergie, et gagne en sécurité et en confort. Si vous ne disposez pas d’un mitigeur, sachez qu’il existe des systèmes pratiques qui s’adaptent sur le flexible de douche pour en interrompre le flux pendant que vous vous savonnez, sans pour autant être obligé de régler à nouveau la température. Ne laissons pas l’eau couler inutilement. Il est important de changer les joints des robinets qui fuient. Utilisez un gobelet pour ne pas laisser couler le robinet lorsqu’on se lave les dents et remplir d’eau tiède un fond de lavabo pour se raser est également source d’économies.
Se laver à l’eau et au savon est un geste banal et quotidien. Et comme tous les actes de consommation, il a des conséquences sur l’environnement et la santé. Est-il possible, là aussi de faire un choix écologique ? Oui ! En choisissant le produit et en suivant quelques conseils simples. Les gels douches et les bains moussants sont fabriqués à partir de tensioactifs d’origine pétrochimique. On leur ajoute des additifs, des colorants et des agents moussants qui sont autant de produits qui doivent être traités dans les stations d’épuration au risque de polluer inutilement les rivières. Pensez à trier vos flacons en plastique, car ils sont pour un certain nombre d’entre eux recyclables. En définitive, mieux vaut donc choisir un bon vieux "vrai" savon, qui a un impact réduit sur l’environnement à condition que les matières premières soient renouvelables (matières végétales ou animales) et qu’il ne contienne pas d’additifs. La composition des savons « briques » est plus respectueuse de l’environnement ; on en utilise de moins grandes quantités que les savons liquides ; l’emballage est recyclable et moins polluant que les flacons en plastique ; il respecte mieux la peau.
Les produits nettoyants pour sanitaires sont loin d’être anodins, ils sont souvent très corrosifs. Sous la forme de liquide, de poudre ou de gel, ils nettoient, désinfectent et éliminent les traces de calcaires. Ils sont généralement composés de tensioactifs (agents lavants), d’acides (chlorhydrique, sulfurique, phosphorique) ; d’additifs (épaississants, parfums, colorants). Il est possible de les remplacer par des produits plus respectueux de l’environnement. Rappelons que l’exutoire final est le milieu naturel… Les déboucheurs liquides sont des produits très agressifs, qui peuvent même contenir de la soude caustique ou de l’acide sulfurique. Avant d’avoir recours à des solutions aussi extrêmes, avez-vous essayé la ventouse ou le ressort ? Avez-vous essayé de démonter le siphon ? D’une manière générale, préservons-nous si possible des sirènes publicitaires de l’industrie pétrochimique ! Quelles alternatives ? Certaines actions mécaniques suffisent souvent et permettent de retarder l’utilisation de produits : rincer la baignoire, passer une éponge pour éviter le dépôt de calcaire dans l’évier ou sur les robinetteries, passer une brosse dans la cuvette des WC... Certaines marques plus écologiques sont étudiées pour minimiser leur impact négatif sur l’environnement. Un détergent "tout usage" à base de tensioactifs végétaux, du savon de Marseille ou du savon mou nettoient bien et font disparaître les traces de calcaire sur les parois de baignoire ou le carrelage mural. On peut facilement enlever les taches de calcaire avec du vinaigre (chaud, il est plus efficace). Pour retirer des incrustations, le vinaigre doit pouvoir agir quelques heures (déposer un linge imbibé sur les taches). Un pot-pourri de fleurs odorantes du jardin pourrait aussi remplacer avec bonheur dans la plupart des cas le désodorisant industriel (et ouvrir la fenêtre dans les hypothèses les plus graves !). Faut-il vraiment utiliser tant d’eau de Javel ? : Influencé par la publicité et par la tradition hygiéniste, on pense trop souvent que nettoyer ne suffit pas et qu’il est toujours mieux de désinfecter à l’eau de Javel toute la maison et même parfois le trottoir. Pourtant, en dehors des rares cas où il y a risques de contagion, l’usage de ce produit chloré est inutile et à bannir car il est nocif pour l’environnement et dangereux pour la santé. Modérons notre consommation de produits, finissons complètement les produits avant de jeter les contenants et privilégions les écoproduits. N’oublions pas bien sûr de trier les déchets de la salle de bain qui n’ont pas pu être évités (recyclage, récupération des médicaments…) !

Patrice Devineau
 

 

 

nous rejoinde                       

A noter dans votre agenda

Septembre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
4
5
6
7
8
9
11
12
14
16
18
19
20
21
23
25
26
27
28
Calendrier Découvertes Nature 2017   visuel estivales2017 web

tresor-dans-mon-jardin

 

 

Rechercher