La Sologne au crépuscule

Si vous avez envie de passer un moment convivial, en famille ou entre amis, je vous recommande vivement de suivre nos animateurs sur les sorties nature proposées par l’association. Vous découvrirez le territoire Solognot, sa faune et sa flore, comme vous ne les avez jamais vus.

Je vous donne dans cet article au moins 20 (si ce n’est plus) bonnes raisons de participer aux estivales de l’eau. Enfilez vos baskets et c’est parti !

« Pendant les mardis au bord de l’eau, tout peut arriver ! »

C’est ainsi qu’Alexandre, notre animateur pour cette première sortie « un mardi au bord de l’eau », m’a présenté ces sorties qui ont lieu tous les mardis de juillet à août en Sologne. Et pour cause ! Ce sont les seules sorties à ne pas avoir un thème précis. Leurs points communs, comme pour toutes estivales de l’eau, c’est qu’elles se déroulent autour d’une zone humide de Sologne : mare, étang, rivière… Chacun de ces points d’eau est un lieu propice à la biodiversité et donc aux découvertes nature. Solognot ou touriste de passage, l’objectif est de vous proposer un moment convivial et de vous permettre de découvrir notre territoire sous un autre angle.

Il faut savoir que ces sorties nécessitent auparavant plusieurs heures de repérage pour nos animateurs ainsi que de nombreuses connaissances sur la faune, la flore et la Sologne. Le soir même, c’est la nature qui va influencer le déroulement de l’animation. En effet, elle offre à nos 5 sens des éléments qui nous intriguent et nous interrogent : animaux en tous genres, traces et indices, flore, sons… Nos animateurs sont là pour vous aider à les observer et à les décrypter !

Un mardi soir au bord de l’eau à Vouzon

Je vous emmène dans le joli village de Vouzon où nous retrouvons, à 19h30 le mardi 3 juillet, une vingtaine de participants de tous âges, pour une sortie pleine de surprises. Équipés de nos jumelles et de nos anti-moustiques (ces derniers étant nos plus fidèles participants lors des estivales…) nous nous dirigeons vers la forêt domaniale de Lamotte Beuvron et ses étangs, où se déroule cette animation.

Nous observons tout d’abord l’étang en assec, c’est-à-dire vidé. Il s’agit d’une étape nécessaire à la gestion de l’étang et à son entretien. Quel intérêt pour nous me direz-vous ? La biodiversité, bien sûr ! Cette étendue de sable, de vase et d’eau favorise le développement d'une grande diversité de végétaux, dont certaines espèces rares. Il est donc important que les étangs soient entretenus pour favoriser la régénération de ce milieu. De plus, c’est une zone prisée par les animaux, qui peuvent s’y désaltérer et s’y nourrir.

Etang de Vouzon G.Teillet étang de vouzon

Etang Vouzon foret domaniale

Quelques pas plus loin, Alexandre attire notre attention sur des « mottes » de sables retournées : un sanglier est passé par là. Nous observons ce fouillis. Avec son groin, il a cherché de quoi se restaurer. Gourmandise quand tu nous tiens !

Nous continuons notre balade et nous arrêtons au niveau des roseaux qui jonchent le bord de l’étang. Saviez-vous qu’il y a des « vrais » et des « faux » roseaux ? Le « vrai » roseau est d’ailleurs utilisé en Sologne pour réaliser le torchis des maisons traditionnelles. Oui je sais, on en apprend tous les jours. Le faux-roseau, quant à lui, peut être utilisé comme plante ornementale ou fourragère.

Foullis sanglier

Vrai-roseaux

Tout au long de notre balade, nous découvrons à de multiples reprises des traces d’animaux. L’objectif pour notre animateur est de nous permettre de les identifier à l’aide d’une fiche de détermination.

Qu’est-ce qu’une fiche de détermination ? Il s’agit tout simplement d’une feuille où sont imprimées des traces de différents animaux (de l’écureuil au blaireau, en passant par le cerf, il y en a pour tous les goûts). D’après les caractéristiques de notre trace, et par déduction, nous trouvons le nom de notre animal mystère. Sympa non ?! Ce soir-là, nous croiserons des traces de marcassin, chevreuil et faon ! Les plus chanceux pourront même apercevoir deux chevreuils en chair et en os.

Determination de trace d'animaux fiche de détermination traces Trace marcassin

Toujours attentifs à leur environnement, les enfants de notre groupe repèrent un tout petit amphibien sur le bord du chemin. Il s’agit d’un bébé crapaud ! Mais que fait-il là ? Il se balade pardi ! C’est l’occasion d’en apprendre un peu plus sur le cycle de vie de celui-ci et notamment sur la période de reproduction qui se déroule de février à mars. Pendant ces mois, des dizaines d’individus se regroupent autour des points d’eau pour s’accoupler. Nous parlons également d’autres amphibiens et notamment de l’impressionnante (par sa taille et non par sa beauté) grenouille-taureau. Cette espèce invasive originaire d’Amérique du nord a été introduite sur certain territoire Français, dont la Sologne, et est une menace pour les autres espèces. Des mesures draconiennes ont été mises en place pour éliminer cette espèce ou du moins éviter sa prolifération. Grâce à cela, on note depuis quelque temps une régression du nombre d’individus. On croise les doigts pour que ça dure!

Après avoir traversé la forêt, c’est un tout autre paysage qui s’offre à nous. L’air devient humide et lourd : nous arrivons à l’étang de Villory qui, pour le coup, est bien rempli. Alors que le crépuscule s’installe, que les couleurs se transforment, la vue de cet étang est apaisante. Il devient un véritable miroir et nous offre des reflets de la végétation et des nuages. Je me sens privilégiée d’être ici à cet instant! C’est aussi ça les sorties avec Sologne Nature Environnement, avoir la possibilité de passer des instants magiques, dans des lieux uniques et d’en découvrir tous les petits secrets. Dans un même lieu, aucune animation ne sera identique… tout peut arriver.

jumelle sur étang de Vouzon étang de Vouzon Utriculaire

Alors que chacun contemple cette étendue d’eau et cette végétation luxuriante, nous repérons à quelques mètres de nous une petite fleur jaune. Il s’agit d’une plante carnivore de son petit nom Utriculaire. On trouve vraiment de tout en Sologne !

Au cœur de la forêt, alors que la fraicheur commence tout juste à se faire sentir après une chaude journée, nous souhaitons en apprendre un peu plus sur le comportement des chauves-souris. Nous nous installons en ronde et Alexandre propose à deux enfants de se mettre dans le corps d’une chauve-souris et d’un papillon. L’un est chasseur, l’autre est chassé… et mangé tout cru. Mais, pour chasser, la chauve-souris se sert d’un sonar. Elle doit donc pousser des petits cris dont le son va rebondir sur sa proie et lui revenir aux oreilles pour lui indiquer la position de son casse-croûte. Ingénieux ! Les yeux de l’enfant chauve-souris sont donc bandés et il émet des sons, que l’enfant papillon reproduit pour indiquer sa position. Tout un programme !

Un petit jeu ludique et drôle qui semble plaire aux enfants, hilares, et à ceux qui les contemplent. En revanche, les chauves-souris se posent à ce jour encore des questions sur ce qu’elles ont vu ce soir-là…

Aux alentours de 22h30, nous reprenons la route de nos maisons, la tête remplie de toutes ces belles découvertes.

Sautez le pas, venez-nous suivre sur nos sorties nature !

Ceci n’est qu’un aperçu de ce que vous pourriez vivre lors de nos sorties nature. Alors n’hésitez pas, les estivales de l’eau c’est jusqu’au premier septembre et ça ne coûte que 2€ ! Investissement rentable garanti !

Télécharger le programme