Les espaces agricoles et les friches

L'abandon des pratiques agricoles entraîne une colonisation des milieux ouverts, d’abord par les broussailles (ronces et genêts), puis par les arbres pionniers tels que les bouleaux et les trembles, pour aboutir à leur fermeture complète. L'enfrichement entraîne un appauvrissement de la biodiversité. Les terres incultes, caractérisées par de hautes herbes et une multitude de fleurs sauvages, abritent les espèces inféodées aux milieux ouverts tels sauterelles et criquets variés.

La haie fournit un abri sécurisé à de nombreuses espèces animales grâce à son feuillage et ses épines, en les protégeant des intempéries, des prédateurs et leur procure aussi une source de nourriture variée.

La faune des espaces agricoles

Les milieux agricoles sont favorables à certaines espèces animales lorsque leur exploitation est respectueuse de l’environnement.
Le Vanneau huppé se nourrit dans les champs humides et niche dans les cultures ou les prairies rases. Ses effectifs ont diminué de 50 % en 20 ans au niveau national du fait de l'assèchement des zones humides.

La Chevêche d’Athéna, une petite chouette qui affectionne les vieux vergers et les parcelles entourées de haies, capture ses proies (campagnols, grenouilles et insectes) dans les prés. Le Hérisson, animal nocturne et crépusculaire, est le plus grand insectivore d’Europe.