Calendrier Découvertes Nature 2017

La Ficaire

Famille des Renonculacées

Son nom vient du latin ficus (figue=verrue en latin ancien), on l’appelle aussi « fausse renoncule », « petite éclaire », « herbe au fic » ou « herbe aux hémorroïdes ». La Ranunculus ficaria est l’une des toutes premières fleurs du printemps et même de la fin de l’hiver. C’est une petite plante aux tiges plus ou moins couchées, aux feuilles entières, non découpées, en forme de cœur, d’un vert foncé luisant parfois tacheté de sombre et à l’aspect charnu. Ses fleurs, étoilées, situées à l’extrémité d’un long pétiole, sont d’un jaune brillant, comptent de six à douze pétales pour trois sépales et ressemblent assez à celles de la renoncule. Elles blanchissent en se fanant et les pétales portent une trace brune au revers. Les racines sont munies de tubercules allongés ressemblant vaguement à des verrues … d’où le nom..

On la trouve dans des endroits frais, sur des talus, des bordures de bois, des bords de routes, de ruisseau ou de rivière. C’est une plante adventice souvent importante des jardins et des prairies humides.

Les ficaires vivant dans des lieux très éclairés produisent des graines (akènes), celles des lieux ombragés et sombres se reproduisent essentiellement par leurs tubercules radicaux. Chez la variété bulbifer plus petite et plus rare, les akènes sont souvent stériles et la reproduction peut se faire par les bulbilles situées sur la tige, à l’aisselle des feuilles. Ces bulbilles se détachent pour donner, la saison suivante, un pied de ficaire.

Ranunculus ficaria
est une espèce diploïde : chaque noyau cellulaire comporte un lot double de chromosomes, on dit que l’individu est diplonte. La variété bulbifer est tétraploïde, elle comporte un lot quadruple de chromosomes.

Les racines de la ficaire, en infusion ou en décoction, étaient employées pour soigner les hémorroïdes mais la plante doit cependant être considérée comme toxique. On dit également qu’elle aurait une action sur les « fics », volumineuses verrues des bovins.

Les fleurs attirent de nombreux insectes et notamment les larves de méloé (Meloe proscarabaeus, coléoptère noir dont la femelle présente un énorme abdomen), prédatrices des abeilles sauvages, qui s’installent sur la fleur afin d’être transportées par les dites abeilles et d’émigrer sur les œufs dont elles se nourrissent.

Les Renonculacées

La famille des renonculacées (ordre des ranales, de rana = grenouille) comprend environ 58 genres et 1750 espèces dont de nombreuses plantes ornementales telles que l’adonis, la clématite, le delphinium, l’anémone, le pied-d’alouette et l’ancolie. Cette importante famille regroupe donc à la fois des plantes herbacées et des grimpantes ligneuses. Les feuilles sont généralement alternes, simples ou pennées, parfois palmées. Le nombre de pétales et de sépales varie de 3 à 12. Le fruit est un akène ou un follicule, rarement une baie. Cette famille est originaire des régions tempérées. Parmi les herbacées certaines sont dangereuses pour les mammifères brouteurs. La renoncule, le populage contiennent un glucoside dont la décomposition produit une substance huileuse, la protoanémonine qui est un irritant pour la bouche et le système digestif des bovins. Ce suc n’est plus actif quand le fourrage est sec.

Le genre Ranunculus comprend essentiellement des plantes herbacées, annuelles et vivaces, terrestres ou semi-aquatiques. Les fleurs sont solitaires ou en cymes (inflorescences de plusieurs fleurs) étalées. Les pétales sont souvent brillants, jaunes ou blancs, avec des nectaires (organes secrétant le nectar) à la base. Les étamines (organes mâles) sont nombreuses et le fruit est un ensemble d’akènes (fruits secs) à graine unique. On en compte environ 300 espèces dans le monde.

Jean-Claude Barthoux (Groupe Botanique de Sologne Nature Environnement)

 

 

nous rejoinde                       

A noter dans votre agenda

Calendrier Découvertes Nature 2017   visuel estivales2017 web

tresor-dans-mon-jardin

 

 

Rechercher