La maison du bon’air : une visite instructive et ludique

Avant sa désinstallation, j’ai eu la chance d’être invité dans la maison de Sandrine et Victor et de leur futur enfant Léo.

chambre

Plusieurs partenaires ont contribué au succès de l’exposition. Celle-ci a été créée par le Parc Naturel Loire-Anjou-Touraine et  financée par l’Agence Régionale de Santé et la DREAL Centre Val de Loire. Parmi les partenaires on retrouve également la Communauté de Communes du Romorantinais et du Monestois et l’animatrice du Contrat local de santé,  la recyclerie 1000&1 Partages de Neung-sur-Beuvron qui a prêté le mobilier, les bénévoles de l’Atelier Numérique de Romorantin qui ont fabriqué les tablettes interactives, les bénévoles et les animatrices de l’Espace Saint-Exupéry ainsi que les bénévoles de l’association SNE qui ont aidé à monter et aménager la maison.

tablette(Voici un exemple de tablette interactive, la lumière verte signifiant que la réponse est juste et rouge qu’elle ne l’est pas)

Sensibiliser aux impacts de la qualité de l’air intérieur sur la santé, tel était l’objectif cette exposition.

Du 18 février au 1 er mars 2019, 261 personnes sont venues visiter cette maison installée au centre CAF-Saint-Exupéry.  Ainsi, petits et grands ont pu s’instruire de manière ludique et interactive en défilant dans les pièces de la maison. Par exemple, pour améliorer la qualité de l’air chez soi ou au travail, il est important d’être attentif à la composition des produits ménagers. De fait, beaucoup de produits d’entretien contiennent des parfums et des tensioactifs qui peuvent dégager des polluants chimiques irritants. Pour s'en passer,  une trentaine de personnes a fabriqué ses propres produits ménagers  avec l’aide de Juliette Dané, chargée de projets environnements et développement durable.

 Mon ressenti :

La visite de la maison du bon’air a  été pour moi très intéressante et enrichissante. Les décors étaient attractifs, l’idée des tablettes interactives m’a beaucoup plu et l’atelier de fabrication des produits ménagers était pour moi important et profitable à tous.  Lorsque l’on apprend de manière ludique, apprendre devient un réel plaisir et notamment pour les plus jeunes. Moi-même j’ai  pu apprendre certaines choses grâce à cette exposition. Saviez-vous qu’il n’est pas forcément bon pour la santé de posséder des plantes d’intérieur ? Ou bien que le vinaigre blanc à moins d’1 € le litre peut servir de désodorisant, détartrant et dégraissant ? Il existe des alternatives aux produits ménagers que nous achetons en supermarchés qui sont beaucoup plus économiques. En dehors du vinaigre blanc, on retrouve en effet, le bicarbonate de soude, le savon noir liquide ainsi que les lingettes microfibres qui ne dégagent pas de composés organiques volatiles.

J’ai maintenant mon propre appartement et ayant appris et compris quels bons  gestes étaient nécessaire à la protection, j’ai moi-même décidé de prendre de nouvelles résolutions suites à cette exposition. Et n’oubliez pas, une bonne santé nécessite un environnement sain, alors protéger le !

Connaître les produits que nous utilisons et les effets qu’ils ont sur notre santé est important, je vous propose donc d’en apprendre un peu plus :

Zoom sur quelques polluants :

produits2Avez –vous entendu parler des Composés Organiques Volatiles (COV) ?

En résumé, c’est la composition chimique d’une odeur. Les COV peuvent être d’origine naturels (linalol, terpène) ou de synthèse.

Chez Sandrine et Victor, où les retrouve-t-on ?

On retrouve les COV dans l’utilisation de solvants, l’application de peinture pour refaire la chambre de  Léo, vernis et la colle du lit en bois de bébé, mais pas seulement !

Par conséquent, ces polluants se retrouve également dans le relargage par le mobilier (surtout en aggloméré), bricolage, jardinage mais également dans la fumée de tabac, les déodorants, les agents de nettoyage etc…

Faut-il s’en méfier ?

salle a mangerD’origine naturel ou non, les COV peuvent entraîner des effets plus que néfastes sur la santé. En effet, que ce soit une gêne olfactive, une irritation des voies respiratoires, de la fatigue, des nausées, des vertiges ou bien encore des troubles du sommeil, les effets des COV peuvent être dangereux pour la santé. Ils sont donc à éviter. Mais ce n’est pas tout, ces polluants peuvent diminuer votre capacité respiratoire, augmenter le risque de crise d’asthme et d’allergies. Enfin, pour les plus nocifs, ils peuvent causer des troubles du système nerveux ou des risques d’effets mutagènes et cancérigènes (CMR). (ex : formaldéhyde, aldéhyde)

Attention ! Tout ce qui est naturel n’est pas forcément bon !

Parlons à présent des biocontaminants. C’est ce qui est vivant ! Les acariens, les pollens, les spores de moisissures…

Outre les acariens, il faut savoir qu’une insuffisance d’aération et/ou un excès d’humidité peut aussi causer l’apparition de moisissures. Leurs spores peuvent occasionner des risques de rhinites, d’infections respiratoires mais également de l’asthme. C’est également le cas de certaines plantes d’intérieur (par exemple le ficus) dont le latex, peut être allergisant.

Si vous voulez en savoir plus, il est possible de visiter cette maison en ligne, vous n’avez qu’à cliquer sur lien suivant : http://www.prevention-maison.fr/pollution/#/home

Ne manquez pas les autres événements de SNE !

Anaëlle Cassier